Les premières reconstitutions de visages d’il y a 2000 ans.

Une découverte étonnante fut réalisée en 2013 sur le site gallo-romain de Tongres (au lieu-dit Beukenbergweg) : un cimetière avec 15 tombes présentant 11 hommes et 1 femme adultes, et 5 enfants. La datation Carbone 14 donnera la date de – 10 avant notre ère. Le premier intérêt dans cette ville au départ garnison militaire est l’ancienneté de ces occupants.

Le plus étonnant est cette tombe familiale avec le père (?) et deux enfants suscita l’
intérêt : les enfants n’avaient rien à voir avec l’adulte mais les enfants étaient frère et sœur. On supposa que l’adulte était le beau-père  et qu’ils venaient de région à l’ouest (nord de la France ou reste de la Belgique) et la technique permit aussi de connaître la couleur des yeux et de la chevelure : l’adulte avait les cheveux blonds et les yeux bleus, le garçon avait les cheveux bruns à blonds et les yeux bruns et la fille les cheveux noirs, les yeux bruns et une peau plus claire.

Cette première pour notre pays fut de reconstituer avec la morphologie des os retrouvés, les études de l’A.D.N. et des isotopes le visage de ces trois personnes, parmi les premiers occupants de cette ville qui se dit en latin « ADUATUCA TUNGRORUM » et qui fut notre capitale pendant au moins 4 siècles. Le rapport a déjà été publié dans plusieurs revues scientifiques mais aussi dans la revue Archéologie (NL) (p.8 et 9).

Rappelons que le hameau – vicus – situé à la traversée de la Meuse, qualifié de Viosatium, notre Visé actuel aurait été occupé dès le milieu du premier siècle de notre ère. Une voie romaine, plusieurs pièces d’un bâtiment (relais), et au moins un cimetière furent retrouvés dans la sphère du centre culturel habituel, sans oublier les traces de pieux de pont plus récents (fin du 4e s.).

Donc, la reconstitution de ces trois personnes est saisissante et cette première découverte exceptionnelle pour la Belgique et non loin de chez nous était à signaler. En espérant par ces techniques de plus en plus élaborées, d’autres visages puissent être reconstitués.

JPRGM