« LES COMPTES SONT À PLAT »

Le château de Dalhem est en bien mauvaise posture : avec des activités aujourd’hui complètement à l’arrêt et des rentrées quasi inexistantes depuis plus d’un an, c’est un vrai coup dur. L’ASBL qui en assure la gestion lance un cri d’alarme afin de récolter des dons pour préserver ce lieu unique.

Un château loué au franc symbolique

Construit en 1912 par le bourgmestre dalhemois Henri Francotte pour y installer sa famille, le château de Dalhem est très vite devenu un véritable lieu d’accueil : à sa mort en 1918, en effet, un des ses fils, l’abbé Francotte, transforme le château familial en lieu de retraite pour les prêtres, puis en centre d’hébergement pour groupes.

Et en 1947, la famille Francotte crée l’ASBL « Maison de la Charité » pour accueillir les jeunes en retraite avant leur communion. Aujourd’hui, le lieu est la propriété de l’Association des Œuvres décanales catholiques de Visé : elle le loue pour le franc symbolique à l’ASBL, qui en assure en échange la totalité des frais.

Des charges qui s’accumulent

Le château de Dalhem a évolué depuis l’après-guerre : les activités qui y sont organisées de nos jours ne sont plus forcément en lien avec les croyances religieuses. On peut ainsi le louer pour des classes vertes, des team buildings, des formations, des mariages, ou en tant que gîte. « Nous avons des chambres pouvant accueillir 1 à 5 personnes, pour un total de 65 lits » précise Nicole Ploumen, gestionnaire du château.

1200 m2 de superficie répartis sur 4 étages et un parc de 5 hectares, cela réclame des soins quotidiens. Une attention de tous les instants qui représente un coût énorme, comme l’explique la gestionnaire : « Nous sommes deux employées permanentes : moi, qui habite sur place, et ma collègue, employée à 3/4 temps. Nous sommes actuellement au chômage. Dès que nous avons de la trésorerie, nous la réinvestissons dans le bâtiment. Nous venons d’effectuer l’entretien du chauffage pour 500€, de payer 900€ d’assurances, de faire vérifier l’alarme pour 1500 à 2000€… Et nous avons récemment rénové les sanitaires et l’ascenseur  ».

Aucune aide en vue

Des frais fixes que l’ASBL, aujourd’hui gérée par le Visétois Philippe Jodogne, peine à assurer en l’absence totale de revenus : « Nous sommes en arrêt depuis un an, mis à part les camps que nous avons pu héberger pendant les 2 mois de vacances l’été dernier », explique Nicole Ploumen avant de poursuivre : « Nous n’imaginions pas que tout ceci allait nous arriver. Nous ne recevons aucun subside, car nous ne rentrons pas dans les conditions pour les aides et que le château n’est pas classé. En région flamande, par contre, le château de Remersdael bénéficie des mêmes aides que les indépendants ! Nous, nos comptes sont à plat. J’ai écrit à plusieurs ministres, dont Valérie De Bue (Ministre wallonne en charge du Patrimoine et du Tourisme, NDLR), Willy Borsus (Vice-Président wallon, NDLR), Caroline Désir (Ministre de l’Éducation, NDLR), … mais ça n’a servi à rien. Pour les gros gîtes comme le nôtre, c’est la catastrophe ».

Appel au secours

Le château de Dalhem a déjà choisi de post-poser les rénovations prévues, mais cela ne sera pas suffisant : « Cela devient déprimant. On croyait recommencer en avril-mai avec les classes vertes. Et tous les mariages reportés à cet été sont en suspens, vu qu’on ne sait pas à combien on pourra se réunir. Quand nous pourrons redémarrer, nous savons déjà que cela se fera très lentement ».

Vu ce contexte encore très incertain, l’ASBL lance donc un grand appel aux dons, même les plus symboliques, pour continuer à préserver ce lieu atypique : « Nous demandons au plus grand nombre de nous aider en versant un don sur notre numéro de compte, même 20€.  En échange, nous pensons à proposer un drink aux donateurs dès que ce sera possible. Nous savons qu’il y a des gens fort attachés au château : nous espérons leur solidarité ».

E.H.

Pour faire un don :
Asbl Château de Dalhem
Rue Henri Francotte 66 – 4607 Dalhem
IBAN: BE59 3400 2727 5226
Communication : votre n° de GSM ou mail
Plus d’infos au 0474/79.89.92