Déjà plus de 700 litres écoulés pour la « Mascafia », cette nouvelle bière née à Cheratte et brassée à Rocourt. Un beau succès que savourent ses créateurs, Katia CANON et Eric SAVELKOUL. Et ils comptent bien continuer leur exploration du monde brassicole.

Un houblon made in US

Tout a commencé il y a trois ans : Katia se doutait bien peu que le bon pour une séance de zythologie (étude de la bière) qu’elle offrait alors à son compagnon Eric allait les emmener bien plus loin que ça… « On a découvert un nouveau monde », se souvient-elle. « On était habitués aux bières traditionnelles, alors que le monde de la bière est bien plus vaste ! » Ils achètent alors un kit pour faire leur blonde eux-même, par curiosité. Mais le résultat n’est pas à la hauteur : « C’est carrément mauvais, il ne faut pas se mentir », raconte Eric. Loin de se décourager, ils décident d’aller plus loin en s’inscrivant à des cours de zythologie et investissent dans une cuve de 50 litres pour continuer leurs expériences dans le garage. Aujourd’hui, ils sont en deuxième année de formation à l’IFAPME pour devenir « microbrasseurs chefs d’entreprise » et viennent de commercialiser leur première bière : la Mascafia. Une blonde titrant 6,5%, de style « American Pale Ale », qui doit son originalité au Sabro, un houblon directement importé des États-Unis. 

Hommage au passé minier

Drôle de nom ? Pas vraiment, quand on sait qu’il fait allusion à une veine de charbon exploitée à l’époque où le charbonnage du Hasard tournait à plein régime. Un hommage à Cheratte, dont Eric est originaire et où ils résident désormais tous les deux. Pour brasser d’importants volumes de bière, il faut être équipé : c’est pourquoi les deux entrepreneurs collaborent avec la brasserie artisanale « Brasse et Vous », située à Rocourt. « Ils ont aimé notre recette et on s’est vraiment impliqués à chaque étape », explique Katia. Au terme d’une double fermentation – en cuve puis en bouteille -, les 1000 premiers litres de Mascafia sont nés début octobre, au terme de 8 semaines de gestation.

Bientôt une petite sœur ?

Et le succès a très vite été au rendez-vous, comme le confirme Eric : « Les gens la trouvent assez bonne et fruitée, avec un côté doux. Elle semble un peu amère pour ceux qui n’ont pas l’habitude des bières spéciales. Les premières ventes ont été assez faciles, grâce à l’effet de curiosité. Mais le challenge sera de fidéliser. » Un couple qui a donc la tête sur les épaules, mais qui ne boude pas son plaisir : « Nous avons très vite eu une forte demande, nous avons écoulé les trois quarts de notre production en un mois à peine ! Nous avons donc déjà lancé un deuxième brassage de 1000 litres, qui sera disponible mi-décembre pour les Fêtes. » Et ils ne comptent pas s’arrêter là, comme le confirme Eric : « On continue à faire plein de tests à la maison. On voudrait sortir quelque chose de plus léger pour l’été ».

La Mascafia est disponible dans une douzaine de points de vente, à Visé principalement mais aussi à Blegny, Soumagne, Liège et Huy. Une liste qui ne cesse de s’allonger, disponible sur www.masacfia.be 

E.H.