C’est une excellente double nouvelle qui vient de tomber pour le sport à Visé : la Région Wallonne accorde à Visé les fonds nécessaires pour rénover le sol du hall omnisports et rebâtir un lieu d’accueil ultra moderne pour le tennis. Rencontre avec Julien WOOLF, Échevin des Sports.

Un hall « dans son jus » depuis 1981

C’est un triste constat que Julien WOOLF a réalisé lors de son entrée en fonction fin 2018 : « Les handballeurs m’ont très vite interpellé en me disant ‘On joue en BeNe Ligue et en Nationale 1, et regarde dans quoi on joue ?’ Et  c’est vrai que, dans les goals, on est carrément dans le béton », explique-t-il.

La question de la rénovation du sol du hall omnisports s’est donc très vite posée (la dernière remontant à 1981) et une demande d’intervention financière a été déposée auprès de la Région Wallonne. Après avoir repensé l’éclairage sur fonds propre, la Ville de Visé vient donc d’obtenir une aide de 122 000€ sur les 175 000€ nécessaires pour ce lifting tant attendu. « C’est une surface pluridisciplinaire, donc on a pris du haut de gamme afin que ça convienne à tous les sports qui y sont pratiqués ». Handball, basket, karaté, minifoot, futsal, badminton, volley, … Les usages du hall sont en effet multiples. 

L’arrachage du sol actuel et son remplacement par le nouveau revêtement nécessiteront quatre semaines de travaux, qui seront menés « au plus tard à l’été 2021, en fonction du Covid et afin de perturber au minimum la saison », annonce l’échevin.

Set gagnant pour le tennis

Du côté du tennis, on fait aussi des bonds de joie : le projet de nouveau clubhouse, suite à l’incendie du chalet survenu en décembre 2017, prend officiellement forme ! Outre l’intervention de l’assurance (147 000 €), c’est un subside de 543 000 € qui vient de tomber, pour un budget total de 1 165 000€ (dont 475 000 € à charge de la Ville). Au menu de cette renaissance : un nouveau clubhouse avec terrasse, une intégration PMR globale, de nouveaux vestiaires et locaux arbitres, ainsi qu’une salle de mise en condition physique. Quant aux terrains, les trois indoors bénéficieront d’un nouveau revêtement et deux des dix terrains extérieurs seront réorientés pour une meilleure visibilité depuis la terrasse. « La Ville a vraiment travaillé main dans la main avec le tennis », raconte Julien WOOLF. « Concernant le planning des travaux, nous déterminerons avec les clubs la meilleure période. Nous espérons que tout sera réalisé d’ici deux ans. »

Visé, ambassadrice du sport

Enclencher ces rénovations et constructions, c’est pour Julien WOOLF « une question de standing. » Et il poursuit : « En handball, par exemple, nous avons reçu Saint-Pétersbourg l’an dernier ! Et nous avons, à Visé, plusieurs espoirs du tennis belge. Nous avons la chance de compter  chez nous des clubs qui font parler de Visé au niveau international. En tant que petite ville, si on monte dans le train tant qu’il est en gare, on arrivera à faire quelque chose. »

Si ces deux demandes de subsides ont abouti aussi rapidement (un an et demi, contre les deux à trois ans habituels), c’est selon l’échevin grâce à la « supracommunalité » des dossiers : « En tennis, Visé compte 500 membres, dont 50% viennent d’autres communes. Sans compter les 500 non-membres qui viennent jouer sur nos terrains en hiver. Pour jouer en indoor dans la région, il n’y a plus que Visé et Herstal. »

C’est donc un investissement pour toute la Basse-Meuse que Visé enclenche avec ces deux projets. Une heureuse nouvelle que Julien WOOLF aurait cependant souhaité savourer autrement : « J’aurais voulu partager cette nouvelle avec les gens. La publication que j’ai postée sur Facebook a été vue par 18 000 personnes en seulement trois jours ! Humainement, ce type de moment positif, on a envie de le vivre ensemble et pas uniquement sur les réseaux sociaux. » 

Un engouement populaire que l’échevin espère bien vivre lors de l’inauguration des nouvelles installations.

E.H.