C’est lors d’un match de handball, en novembre 2019, que la vie de Maxime CARABIN a basculé : il perd l’usage de ses jambes. Aujourd’hui, le jeune visétois vient de fêter ses 20 ans et est bien décidé à ne pas se laisser abattre. Objectif : les Jeux Olympiques de 2024.

Brisé en plein envol

« Un joueur est parti en contre-attaque et des coups ont été portés involontairement. Aujourd’hui, je suis paralysé », explique, avec la gorge serrée, Maxime CARABIN. « Maintenant, je dois surtout essayer de m’accrocher, et de pratiquer mes séances de kiné et de revalidation. Je suis suivi plus que régulièrement. »

C’est lors d’un match de handball opposant Visé à Eupen en promotion que tout s’est joué il y a un an, lorsque le joueur du HC Visé BM reçoit des coups à la nuque de la part d’un joueur de l’équipe adverse, au cours d’un échange musclé. Évacué en ambulance, le verdict des semaines suivantes sera terrible : paralysie des deux jambes et du bras gauche. 

Du hall omnisport à la piste d’athlétisme

Aujourd’hui, le jeune visétois reprend le dessus et s’est découvert une passion pour l’athlétisme en fauteuil roulant : « Passer de beaucoup de sport à rien du tout, ce n’était pas possible. J’ai rencontré d’autres personnes dans le même cas que moi. Ils m’ont raconté leur expérience et m’ont fait comprendre qu’on peut faire la même chose avec une chaise ! », raconte-t-il. Aujourd’hui, la passion de Maxime s’épanouit dans deux disciplines : le 100 mètres et 200 mètres en chaise d’athlétisme. Lors des entraînements, il parcourt 5 à 6 kilomètres par jour. Il vient d’ailleurs de réaliser symboliquement 120 kilomètres en 3 semaines dans le cadre du « Tour of Hope », au profit du Relais pour la Vie. Un mental de gagnant, qu’il entretient grâce à deux associations liégeoises – Leg’s Go et Cap2Sports -, qui mettent le matériel à sa disposition.

Porté par ses proches

Régulièrement, Maxime CARABIN s’entraîne ainsi sur la piste d’athlétisme de Naimette, sous la supervision d’un coach sportif, et a déjà participé au Memorial Vandamme en handisport. Il garde en effet un solide goût pour la compétition : « J’en ai besoin pour me prouver à moi-même que je peux encore y arriver, et le faire savoir aux autres. C’est psychologiquement très important », reconnaît-il. 

Aujourd’hui, l’ancien joueur de handball garde de solides contacts avec ses ex-coéquipiers : « Je continue à aller les voir à l’entraînement. Certains m’aident et me changent les idées. Je suis très content qu’ils ne me lâchent pas ». C’est donc épaulé par sa famille, son entourage et les rencontres qu’il a pu faire au sein des associations que Maxime CARABIN reprend le chemin des exploits. Avec un objectif en tête : acquérir sa propre chaise, réalisée sur mesure, et participer au Jeux Olympiques de 2024 à Paris.

E.H.