De nouveau opérationnel

18 panneaux (dont 4 plans de ville) parsemés dans le centre ville et dans l’immédiate périphérie ont été placés depuis mai 2014 par la ville de Visé, pour évoquer la Grande Guerre et la première ville belge martyre de ce conflit. Toute une équipe se pencha sur ces panneaux alu qui furent mis en scène par Cécile Lensen, conservatrice du musée. C’est à la gare et au pont que le récit commence avec la première bataille de la Guerre 14-18 au pont de Visé. Victoire belge ! Puis à la promenade Meurice, c’est d’otages qu’il est question. Chaque panneau (trilingue) est situé par rapport à ses voisins : à 300 m au sud, à côté de l’hôtel de ville, on évoque les destructions d’édifices comme après l’incendie de la ville le 15 août 1914 et puis tout à côté, le monument aux guerres inauguré en 1928. Le curieux se déplacera sur la place de l’église pour évoquer le premier bâtiment important incendié déjà le lundi 10 août 1914. S’il veut faire le tour complet, il montera à Lorette où on évoque les exécutions de civils. De là, il passera par Ma Campagne pour aboutir devant la maison de repos Claire Fontaine, un des rares bâtiments laissés intacts par l’occupant. Ensuite avenue des Combattants, tout à côté du monument du Roi Albert, c’est des baraquements dits du Roi Albert qu’on évoque. Les patrimoines suivants contre le chevet de la chapelle des Sépulcrines au centre culturel évoquent la 1000e maison reconstruite en 1922 dans la province puis l’école moyenne devenu centre culturel et musée. Le 11e panneau rappelle la mort des premiers gendarmes qui se sont confrontés aux soldats allemands le mardi 4 août. La nouvelle grand place fut crée dans les années 20. Les 3 derniers panneaux sont d’une part à l’angle de la rue des Déportés sur les réfugiés partis vers le Limbourg hollandais dès le 16 août. En refaisant le chemin inverse des déportés du 16 août 19814, on arrive sur la place d’où les 631 visétois partirent forcés et contraints vers Hanovre en Allemagne. Enfin, l’avenue Maréchal Foch était l’endroit idéal pour évoquer l’armistice du 11 novembre 1918. Vu les travaux de la place des Déportés, les deux panneaux furent mis à l’abri au service Travaux. Ils viennent d’être replacés, rendant ainsi le parcours complet. Une brochure explicative de ce parcours est toujours disponible au centre culturel (au prix de 3 €).

Jean-Pierre Lensen, secrétaire de la S.R.A.H.V
0495/49.63.91
museedevise@skynet.be
www.museedevise.be