« J’AIME CE QUE JE FAIS ! »

Sécurité, caméras de surveillance, budget, rapports au sein de la majorité,… La bourgmestre de Visé revient avec nous sur sa première année de mandat. Entretien.

Visé Magazine : Récemment, « Oui Visé » déplorait l’abandon du projet de caméras de surveillance dans le centre-ville. Qu’en est-il ?

Viviane Dessart : La pose de caméras est inscrite dans la Déclaration de politique communale. Mais on n’installe pas ça « comme ça » : il faut une étude de terrain pour les placer de façon optimale. Et est-ce qu’on investit maintenant ? Ou on les intègre à l’aménagement de la future place ?  Je pense qu’il en faudrait aussi aux entrées et sorties de la ville, pour filmer les plaques d’immatriculation. Ce projet n’est pas du tout passé aux oubliettes ! Je veux que ce soit un outil qui serve réellement : nous allons consacrer une somme au budget 2020 pour réaliser une étude et définir les endroits stratégiques.

VM : Au sujet du budget, l’opposition a également déploré une manque de maîtrise en la matière de la part des échevins lors des derniers conseils communaux…

VD : En décembre, nous allons voter le budget pour 2020. Il est préparé par tous les services et échevinats. Il faut se rappeler que, à part Xavier Malmendier et moi, c’est un tout nouveau Collège qui est entré en fonction il y a un an. Aujourd’hui, on sait vers où l’on va. Le 16 décembre (ndlr : date du prochain conseil communal), je veux que chacun maîtrise son budget lors de la présentation et puisse donner des réponses immédiates. Mais l’opposition votera toujours contre le budget de la majorité, je le sais d’avance…

VM : Certains commerçants se plaignent de vols et d’une sensation d’insécurité à la fermeture des magasins. Prévoyez-vous des rondes supplémentaires fin d’année ? 

VD : Nous allons communiquer aux commerçants un numéro pour contacter directement le poste local en cas d’urgence. Et il y aura des patrouilles supplémentaires en fin de journée durant les Fêtes. Nous avons aussi prévu les samedi 14 et 21 décembre une patrouille pédestre. Et dès mi-décembre, les postes locaux mobiliseront 4 hommes prêts à intervenir en permanence et qui effectueront des rondes supplémentaires.

VM : On a aussi entendu des demandes concernant l’éclairage des parkings, en particulier celui de Navagne. Et la crainte que tout le budget du PIC (plan d’investissement communal), soit près de 800 000€, soit entièrement consacré à la future place Reine Astrid.

VD : Au sujet de ce parking, nous en sommes conscients depuis longtemps. Un marché a été lancé et RESA a passé commande du nouvel éclairage, avec un délai de 12 semaines. Il sera donc installé début d’année. Concernant la place, c’est un projet d’une grande importance pour nous. Après le parking de l’avenue Albert 1er, c’est un des éléments de continuité pour que Visé garde cette image de ville agréable et accueillante, où on a envie de venir (également quand on est commerçant ou investisseur). Notre priorité ira donc vers ce projet, afin de ne pas le post-poser encore une fois.

VM : Après un an au poste de bourgmestre, quel est votre bilan à titre personnel ? 

VD : Je peux découvrir d’autres matières auxquelles je n’avais pas accès. Je ressens aussi la fierté de travailler avec une équipe extraordinaire, où il y a une vraie transversalité des compétences au sein du Collège. Notre coalition fonctionne bien. Il y a de l’opposition, mais c’est normal. J’éprouve beaucoup de reconnaissance envers l’ancienne majorité, qui reste constructive, même si je peux parfois sentir chez eux de la tristesse par rapport aux décisions que nous avons dû prendre pour construire la majorité actuelle. Est-ce que je suis là pour 6 ans ? Pour 12 ans ? Je n’en sais rien, mais je veux préparer l’avenir. Mon mari me demande parfois où je vais trouver ma force et mon courage :
j’aime ce que je fais !

E.P.