Bientôt, toutes les villes seront éclairées pour annoncer les fêtes de fin d’année. Une atmosphère magique, qui présage de bonnes soirées à savourer en famille ou entre amis. Pourtant, au-delà du coût énergétique, ces lumières sont la cause d’un phénomène silencieux mais dévastateur : la pollution lumineuse. 

Les oiseaux déboussolés

Les luminaires des villes, des ports, des aéroports, des parkings, des routes, des installations industrielles et commerciales, des panneaux publicitaires, des bureaux éclairés la nuit, … Tous ces éclairages génèrent autour des villes un halo lumineux visible à des dizaines kilomètres à la ronde. En Belgique, le ciel noir n’existe plus depuis longtemps.

Les incidences de cette débauche lumineuse sur les écosystèmes sont énormes. Quand on sait que deux tiers des oiseaux migrateurs se déplacent de nuit et s’orientent grâce à la position des étoiles, on imagine aisément les dégâts… Ainsi, à Toronto, ville située sur un axe migratoire important, on dénombre près de 3000 cadavres d’oiseaux retrouvés aux pieds des tours chaque année. Certains, perdus, tournent dans les zones éclairées jusqu’à l’épuisement, avant de déclarer forfait et de tomber au sol. 

Appuyons sur l’interrupteur

Pour lutter contre ce phénomène, outre la diminution de l’éclairage public, il faut en repenser l’usage  en adoptant des équipements conçus pour orienter la lumière davantage vers le sol ou modulables en fonction des conditions météorologiques. Et dans les bureaux, pourquoi ne pas opter pour un éclairage connecté à une minuterie ou à des détecteurs de présence ? Sur les routes les moins dangereuses, peut-être pourrions-nous aussi opter pour des dispositifs rétroréfléchissants, comme des catadioptres ? Les pistes d’amélioration sont nombreuses.

Visé aux chandelles

Depuis 1995, des astronomes et naturalistes organisent chaque année en Flandre la Nuit de l’Obscurité. Ce samedi 12 octobre, comme chaque 2ème samedi d’octobre depuis 12 ans, les Wallons et les Bruxellois leur emboîteront le pas afin de sensibiliser le grand public et les responsables politiques à ce mal silencieux. Cette année, Visé répondra aussi à l’appel avec une soirée hors du commun, en partenariat avec la Bibliothèque communale. Au départ du cloître d’un centre culturel intégralement plongé dans le noir, Cécile et Lucy LENSEN emmèneront les participants pour une balade contée à travers les rues de Visé, nimbées d’obscurité, jusqu’au plateau de Lorette éclairé à la bougie, avant de redescendre vers le centre. Une ambiance mystérieuse et ludique qui plaira à tous pour une sortie en famille originale.

E.P.

Infos : www.nuitdelobscurite.be & www.vise.be 

Réservations souhaitées au 04/374.85.57 & bib.communale@vise.be