Beaucoup de monde ce 30 avril du côté de la Belle-Fleur, à Cheratte-Haut, à l’occasion de la commémoration d’un nouveau Square qui rend hommage à Marcel Levaux, dernier Bourgmestre de Cheratte. 

Il y avait vraiment beaucoup de monde pour cette inauguration, preuve de la popularité de ce Monsieur. Parmi eux, Le Bourgmestre actuel, Marcel NEVEN, et diverses personnalités communales et cherattoises, dont François WALTHERY, ainsi que de Francis THEUNISSEN, son «fils spirituel en politique», et sa fille Jocelyne, très émue.

Né dans une famille catholique modeste un jour de juillet 1926, Marcel Levaux compte assurément parmi les personnalités qui auront marqué leur époque sur notre entité. Après une enfance dénuée de confort, il devra abandonner sa scolarité pour aller travailler au chantier naval sur l’île Monsin, en dépit d’une envie d’apprendre et d’une soif de culture conjuguées à de réelles capacités intellectuelles.

D’espion à Député

Agé de 14 ans alors que la guerre fut déclarée, il rejoint la cellule communiste clandestine du son lieu de travail et entre dans la résistance pour y mener des missions d’espionnage au profit des Britanniques.

Il fut aussi auteur de plusieurs actes dont ce fameux 30 avril 1944 en soirée, où avec Jacques DORTU, responsable local du Front de l’Indépendance, et de deux autres Cherattois, Gérard SPIT et Noël GILLON, ils hissent un drapeau belge et un drapeau soviétique (en l’honneur des prisonniers russes «esclaves» de l’occupant dans le charbonnage du Hasard) tout en haut de la Belle-Fleur du Petoumont. Ils y flotteront toute la journée du 1er mai, visibles de tous dans toute la vallée.  En février 1945, il se porta aussi volontaire pour poursuivre la lutte contre le nazisme en Allemagne ; une conduite qui lui vaudra une série de décorations.

Après une implication dans le syndicalisme et un boulot à la FN (il en sera licencié en raison de son engagement dans la cause communiste), il devint permanent au Parti Communiste et épousa Maria KRAWCZYK, sœur d’un ami fusillé quelques années plus tôt.

Impossible d’évoquer ici tout ce qu’il a encore fait par la suite, mais devenu député, il dépose régulièrement à la Chambre des amendements, des résolutions, des propositions de loi qui font écho aux revendications de la classe ouvrière. En 1970, il devient Bourgmestre de sa commune, Cheratte (il habite Hoignée), fonction qu’il occupera jusqu’à la fusion de communes en 1976 ; il deviendra alors Conseiller Communal au sein d’une liste de gauche.

Sa proximité avec les habitants, son insatiable goût pour le travail, sa diplomatie, le rendront extrêmement populaire à Cheratte. Assurément, cette nomination «Square Marcel Levaux», qui se doublera sous peu, à quelques pas de là, d’une nouvelle rue du nom de Simone Veil, est pleinement justifiée.

(Marc LACROIX/ photos ML)