Conformément à la volonté de Maxime PREVOT, Ministre wallon des Travaux publics, le Conseil d’Administration de la SOFICO vient d’approuver un plan visant à entretenir les revêtements des axes du réseau structurant wallon. Réparti sur 2017 et 2018, celui-ci représente au total une enveloppe de plus de 150 millions d’euros. 

Par «lifting», il faut comprendre «raclage-pose». Une action qui prévoit de racler la couche supérieure, puis de recouvrir d’un nouvel asphalte, ceci à titre préventif. Le vieillissement des couches supérieures, notamment par fissures, reste relativement anodin tant que la structure routière de base est intacte. Or l’altération de ces couches profondes peut notamment intervenir par pénétration de l’eau via une couche supérieure fissurée. C’est précisément pour éviter cette situation que des tronçons dont l’état de dégradation se limite à la couche asphaltée, dont les caractéristiques de surface ne sont plus satisfaisantes mais dont la structure profonde reste saine, seront «liftés».

Un budget de 150 millions d’euros est prévu pour cette action, prévue sur les autoroutes et les principales nationales wallonnes. Les tronçons de voirie concernés seront déterminés et hiérarchisés en fonction de critères techniques et objectifs au travers de nouveaux marchés publics permettant d’orienter les interventions aux endroits les plus adéquats. On sait d’ores et déjà que des sections de l’autoroute E25 seront, entre autres, concernés en provinces de Liège et Luxembourg, de même que sur l’E411 en province de Namur et du Brabant wallon ou encore de l’E42 en province du Hainaut. Pour le reste, le liste reste à déterminer.

Les premiers chantiers, dont le démarrage sera conditionné notamment par les conditions météorologiques, les facteurs de mobilité et administratifs, débuteront dès le mois d’août.

© Photos : Sofico – (Marc LACROIX)

Facebookgoogle_plusmail