Apparu en 2014, le Mercedes GLA est le premier modèle de l’offre SUV (Sport Utility Vehicle) de la marque de Stuttgart. Après les Classe A et CLA, dont il dérive, c’est logiquement à son tour de bénéficier d’une remise à niveau, quelques semaines après ses petites sœurs. 

Le moins que l’on puisse écrire, c’est que la famille A de Mercedes est bien née. Avec elle, la marque allemande est parvenue à créer une ligne de modèles d’accès à sa prestigieuse gamme, qui de surcroît a rencontré un franc succès. Et celui du GLA n’est pas le moindre !

Les relookages opérés sur les «A» et «CLA» étaient restés relativement discrets, il en est de même pour le GLA qui, il est vrai, n’en avait pas réellement besoin, tant la mouture initiale est une réussite. Pas de révolution donc, le travail a essentiellement porté sur des détails esthétiques. On relève ainsi l’apparition de nouvelles optiques avant et arrière, d’un bouclier avant redéfini, de même que la calandre, qui intègre désormais des éléments noirs laqués.

Hormis quelques boutons revus et corrigés, l’intérieur ne bouge pas. Partagée avec les autres membres de la famille «A», la planche de bord se complète toujours du désormais traditionnel écran multimédia «tablette» positionné centralement au-dessus de la console. On soulignera néanmoins un nouveau système inédit de caméra qui filme en permanence à 360°, ce qui permet à l’enregistreur qui lui est couplé de restituer le fil des événements d’un accident en cas de choc. Toujours intéressant…

Sous le capot, l’offre prévoit 4 moteurs à essence et 3 diesels, tous à 4 cylindres. L’accès en gamme (27.951€) est le GLA180 de 122 ch, suivi du GLA200 (156 ch), tous deux associés à une boîte 6 manuelle. Le GLA250 (211 ch) et le bouillant GLA 45 AMG, qui avait déjà précédemment profité de l’évolution de puissance de ses petites sœurs (de 360 à 381 ch), reçoivent la transmission intégrale 4MATIC et une boîte 7 à double embrayage. Dans le rang des diesels, c’est le 180d qui ouvre le bal avec 109 ch. Le GLA200d de 136 ch et le GLA 220d de 177 ch se déclinent en versions 2 ou 4 roues motrices 4MATIC.

Notons qu’en dépit de la possibilité de recevoir ladite transmission intégrale 4MATIC, le GLA se présente plutôt comme un petit SUV urbain dont les revendications hors-pistes restent plutôt limitées à du tout-chemins. Il ne s’agit pas ici de s’aventurer sur des terrains ardus comme ceux auxquels le vénérable grand frère Classe G affronterait par exemple sans faillir. Il n’empêche que le GLA compte parmi les best-sellers de la marque étoilée, rang que cette version remaniée devrait conserver sans le moindre problème.

(Marc LACROIX)

Facebookgoogle_plusmail