Deux pierres bleues d’une hauteur de 3 mètres, une ancre en calcaire dit « Viséen » (formé il y a environ 330 millions d’années), près de 14 tonnes au total : le nouveau monument installé sur le rond-point de l’Allée Verte en impose. Et pas seulement « techniquement »…

Le buzz sur Facebook

Car depuis son érection mardi dernier, les Visétois ne parlent plus que de lui sur les réseaux sociaux : plus de 100 commentaires en quelques heures sur la page Facebook de la Ville de Visé et des tentatives d’interprétation qui vont bon train, jusqu’au plus loufoques: deux menhirs, une plume, un bec, des narines vues du bas, un poumon, un perchoir à mouettes, … Les internautes se déchaînent en moqueries et incompréhension, là où ils auraient préféré la mise en avant du folklore local ou de l’oie, emblème de la ville… et de préférence par un artiste de la région.

Une œuvre complexe

Jozia GOZDZ, artiste liégeoise aujourd’hui installée dans les Ardennes et créatrice de la sculpture «Voile-Plume», livre avec cette oeuvre monumentale sa réponse à un concours lancé par Visé en 2016 pour décorer son nouveau rond-point. Le message que la sculptrice souhaite transmettre à travers son monument installé au pied du pont de Haccourt ? « Par canal et fleuve, voiles déployées fonçant vers l’avenir, signe de la plume pour l’une, d’une voile moderne pour l’autre, en Viséen bien ancré, d’un mât surplombé d’un « V » pour Visez haut ! ».

En décodé, on appréciera plutôt la description de Claude PUTS, Chef du Service Environnement de la Ville de Visé: il s’agit, explique-t-il « d’un voilier ancré, composé d’une voile du passé (qui représente une plume de façon abstraite, symbole des oies et canards des bords de Meuse), d’une voile de bateau moderne, assez géométrique, et au milieu d’un mât avec en son sommet le «V» stylisé de Visé. » Reste encore à réaliser les finitions (la décoration florale, la pose de l’ancre en calcaire et l’éclairage nocturne).

Qui a choisi cette œuvre ?

Ce sont les échevins qui ont fait ensemble le choix de cet ensemble de sculptures il y a 2 ans, sur concours. Au vu des réactions sur la toile, Luc Lejeune, Echevin de l’Urbanisme, a publié un communiqué dès le lendemain pour s’expliquer :  « […] Le collège communal a analysé trois projets et a retenu l’oeuvre de Mme Jozia GOZDZ comme étant la plus belle réalisation et ce, au meilleur coût [12 000€, ndlr]. Cette oeuvre monumentale servira désormais de carte de visite à l’entrée ouest de Visé, répondant ainsi au souhait du Collège. »

A la lecture des commentaires, les Visétois sont déçus que ce concours soit passé inaperçu et se sentent lésés. Leur espoir est à présent que les nouveaux mandataires communaux privilégieront la concertation citoyenne et la communication pour les prochains projets de ce type. Des citoyens désireux de s’investir pour leur cadre de vie et de prendre part aux décisions qui les concernent : une démarche plutôt positive et bien dans l’air du temps, qu’il ne faudrait pas décevoir à répétition…

E.P.