01

Juin 2018

Thier de Richelle

« Non, nous ne gaspillons pas les deniers communaux ! »

Luc Lejeune souhaite faire taire les rumeurs : la réfection du thier de Richelle est parfaitement séquencée et le budget est optimisé.

En octobre dernier, la société SACE de Milmort procédait à la réfection du revêtement d’une partie du thier de Richelle. Mi-mai, c’est l’incompréhension qui saisit les utilisateurs de cette route lorsqu’ils constatent que l’entrepreneur intervient à nouveau pour remettre une nouvelle couche de revêtement… sur le même tronçon.

Sur les réseaux sociaux, les réactions fusent : « La deuxième partie est pleine de trous et aujourd’hui [le thier] a de nouveau été refait sur sa première moitié avec un revêtement de piètre qualité et certainement bon marché. C’est plein de petites pierres, du coup : déjà un accident ! ». Certains n’hésitent pas à parler de « gestion déplorable » et de « galère » pour monter jusqu’à Richelle.

Les explications de la Ville

Luc LIGOT, Chef des Travaux à la Ville de Visé, explique : « Sur le budget 2017, nous avons procédé au raclage sur 2/3 de la montée puis à la pose d’un nouveau revêtement. »  Mais quid de cette deuxième couche de revêtement, mal comprise par les usagers ? « Lors des travaux d’octobre, la route n’avait subi qu’un enduisage lisse. Nous avons donc procédé avec le budget 2018 à la pose d’une deuxième couche superficielle, enrichie en petites pierres, afin d’équiper la route d’une couche d’accroche pour l’hiver. Cela cause en effet un rejet de pierrailles au début mais nous avons déjà procédé à un premier balayage, qui sera suivi d’un second début juin. »

L’Echevin dément les rumeurs

De son côté, l’Echevin des Travaux Luc Lejeune souhaite tempérer les accusations de mauvaise gestion : « J’insiste sur un point et je démens une rumeur véhiculée sur Facebook selon laquelle nous aurions gaspillé les deniers communaux : si nous avons réalisé un enduisage sur la nouvelle pose d’asphalte, comme nous l’avons fait sur le thier de Sarolay, c’est pour maximiser l’adhérence à la mauvaise saison. Il s’agit donc d’un travail d’optimalisation de la sécurité au vu des caractéristiques particulières du site. »

C’est dans la première quinzaine d’août que la Ville procédera à la réfection du dernier tiers de la montée.

E.P.